Articles par Lucie

  1. Accueil
  2. Lucie
  3. (Page 7)

Rencontres d’Occitanie

Rencontres d’Occitanie : la France et l’Espagne, à la fois partenaires et amis de 30 ans

Yves Saint-Geours, ambassadeur de France en Espagne, était ce jeudi l’invité des 22es Rencontres d’Occitanie, organisées par le Groupe Dépêche du Midi, dans les locaux du siège de Midi Libre.

L’occasion pour lui, devant une assemblée d’élus, de responsables associatifs, d’acteurs économiques ou de citoyens lecteurs de notre quotidien, d’expliquer et de détailler comment et pourquoi “les relations franco-espagnoles se sont encore renforcées, comme j’ai pu le voir depuis trois ans et demi que je suis ambassadeur” (lire aussi notre édition de mercredi).

Des relations de confiance qui se sont encore resserrées dans des circonstances dramatiques : “Depuis trois décennies, la lutte contre le terrorisme a été notre colonne vertébrale. Avec les attentats en Espagne de 2004, puis en France, avec les événements de Charlie, du Bataclan, de Nice, etc.”

Mais les rapports entre la France et l’Espagne restent également marqués par la solidité des échanges économiques (” à hauteur de 75 milliards d’euros entre nos deux pays “, a souligné l’ambassadeur), et par un profond ” lien politique et affectif “.

Et Yves Saint-Geours de se livrer à un vaste tour d’horizon des sujets partagés par les deux pays. Et s’il se montra discret sur l’aventure Valls à Barcelone (“Je ne peux pas commenter une campagne électorale espagnole même si un de mes compatriotes y participe”), il s’avéra plus disert à propos d’un autre Français dont l’actualité récente a fait l’effet d’un coup de tonnerre de l’autre côté des Pyrénées : “Zidane, l’annonce de son retour à Madrid a été énorme. Ça a éclipsé tout le reste, absolument tout !”

Salon de l’Immo de Rodez : Quel type de bien ?

Quel type de bien peut-on s’offrir à Rodez pour 100 000, 200 000 ou 300 000 € ?

Une affaire de budget

En marge du Salon de l’immobilier qui ouvre ses portes aujourd’hui à Rodez, petit tour d’horizon des biens immobiliers disponibles sur le marché ruthénois selon votre budget.

De l’avis des agences Druot et Century 21, le bien « typique », pour un budget avoisinant les 100 000 €, est un appartement de type T3, souvent avec emplacement parking, à Rodez ou Onet, pour ce qui est de l’agglomération ruthénoise. « Sauf emplacement exceptionnel, un T3, on en a un pour ce prix »,confirme-t-on chez Druot immobilier.

Les amateurs pourront aussi acquérir une petite maison à rafraîchir (avec travaux ou sans terrain), même si elles ne courent pas les rues actuellement. mais inutile, selon nos experts, de rechercher une grange sur ce même secteur : ils n’en ont plus en stock. Sur ce type de biens plus que sur d’autres, « le papier cadeau, l’emballage (comprendre l’apparence), comme par exemple des menuiseries refaites, fait que l’on vend plus ou moins vite », selon Century 21, pour qui cette tranche de prix « représente une grosse partie du travail ».

À partir de cette somme, il est possible d’acheter un beau T4 de 80 m² ou bien une maison de 110 m²« souvent à rafraîchir » pour Century 21. « De manière générale, on peut trouver un pavillon de 100 à 120 m² », résume l’agence Druot. Les 200 000 € sont le seuil psychologique à partir duquel les gens se renseignent aussi sur le prix de la construction.

À ce tarif, les personnes désirant acquérir un appartement trouveront un « beau T3 ou T4, avec de belles réalisations, souvent équipés de garage et balcon ».Les biens commencent à être moins nombreux dans cette gamme tarifaire et sont surtout beaucoup plus longs à vendre. Pour les maisons, les offres proposent de surfaces habitables de 250 m² avec 4 ou 5 chambres et un terrain entre 1 000 et 1 500 m². « Des biens de haute qualité, nécessairement en bon état » pour l’agence Druot, mais des biens qui restent eux aussi longtemps à la vente, « entre 3 et 5 mois en moyenne » affirme-t-on du côté de Century 21.

Le salon ouvre aujourd’hui

Pour en savoir un peu plus et bien préparer son projet immobilier, le salon de Rodez qui est consacré à cette thématique ouvre ses portes cet après-midi. Une quarantaine d’exposants, vous y attendent durant tout le week-end. Cette deuxième édition organisée par les services commerciaux promet de rassembler 2 500 visiteurs venus échanger avec les professionnels de l’immobilier et participer aux nombreuses animations. Rendez-vous dès 14 heures à la salle des fêtes (jusqu’à 19 heures) ou samedi 17 et dimanche 18 mars de 10 heures à 18 heures.

Lancement du Salon de l’Immo de Rodez

C’est parti pour trois jours de salon à la salle des fêtes de Rodez

C’est la troisième édition de ce salon qui se tient jusqu’à dimanche.

Le Salon de l’immobilier de Rodez a ouvert ses portes jeudi, à la salle des fêtes de Rodez. C’est Claire Charbonnel, directrice générale du pôle Est du groupe Dépêche qui est venue hier soir donner le coup d’envoi de ce 3e opus du salon ruthénois en présence des élus locaux et de Alain Sarfati, l’architecte de renommée mondiale qui s’est vu confier la réalisation du futur parc des expositions de l’agglomération ruthénoise.

Alain Sarfati qui sera également présent sur le salon, ce vendredi matin, à partir de 10 heures, pour animer une conférence sur le sujet. Parallèlement, sur place, jusqu’à dimanche soir, les visiteurs pourront trouver ce qui se fait de mieux en matière d’habitat dans tout le département.

 

Au fil des 44 stands, il sera possible de rencontrer les bonnes personnes, notamment, agents immobiliers, constructeurs de maisons individuelles, promoteurs, architectes, maître d’œuvre, lotisseurs ou encore banquiers, susceptibles d’accompagner les personnes intéressées jusqu’à la concrétisation de leur projet.

 

Rodez : Troisième salon de l’immobilier

Rodez : le troisième salon de l’immobilier ouvre vendredi

Ce Salon  s’adresse depuis trois ans à ceux qui ont un projet immobilier.
Les 15, 16 et 17 mars, Centre Presse organise le troisième salon de l’immobilier, à la salle des fêtes de Rodez.
Un salon dédié à l’investissement immobilier, avec la présence de nombreux agents immobiliers, de constructeurs, de maîtres d’œuvre, de lotisseurs, de courtiers et d’institutionnels. Bref, en un seul et même lieu, ceux qui ont un projet immobilier ont toutes les chances d’y voir plus clair à la sortie de ce salon.
Au total, ce sont près de quarante-cinq professionnels de l’immobilier qui seront réunis à la salle des fêtes. L’expertise sera bel et bien au rendez-vous.
Pour ce troisième salon,Centre Presse a souhaité mettre en lumière un des projets architecturaux qui devrait marquer l’agglomération ruthénoise, à savoir le futur Parc des expositions. Pour cela, Alain Sarfati, l’architecte de ce Parc a été invité à présenter son projet samedi à 11 heures.
Ouvert vendredi de 14 heures à 20heures, samedi de 10 heures à 21 heures et dimanche de 10 heures à 18 heures, l’accès à ce  Salon  est gratuit.

Trophées des Sports Occitanie Midi Libre – La Dépêche

Trophées Occitanie Midi Libre-La Dépêche : Kevin Mayer sacré sportif de l’année 2018

Comme chaque année depuis 15 ans, la rédaction des sports de Midi Libre, associée à celle de La Dépêche du Midi, en partenariat avec la région Occitanie, a récompensé ce jeudi, dans le cadre prestigieux de l’Open Sud de France de tennis, à l’Arena de Montpellier, ses sportifs 2018. Une soirée qui a consacré pour la première fois le nouveau recordman du monde du décathlon, Kevin Mayer.

Il fallait bien un géant pour mettre fin au règne d’un autre géant. Après trois années de suprématie sans partage, un record, Martin Fourcade passe la main. Deuxième du classement établi par le vote des internautes, le biathlète catalan, triple médaillé d’or olympique en 2018, rien que ça, cède son fauteuil à Kevin Mayer, qui inscrit son nom, pour la première fois depuis 15 ans qu’il existe, au palmarès de notre trophée Occitanie – Midi Libre – La Dépêche du Midi.

Il l’emporte haut la main

Avec près de 20 % des votes, le décathlonien, nouveau recordman du monde de la discipline, l’emporte haut la main au terme d’une année où il sera passé par tous les sentiments, de sa disqualification à la longueur lors des championnats d’Europe à Berlin, en août, à son incroyable exploit lors du Décastar de Talence, un mois plus tard. Il a reçu son trophée des mains de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et de Jean-Benoît Baylet, directeur général adjoint du groupe La Dépêche du Midi, Midi Libre, L’Indépendant.

Face à ces deux monstres sacrés, les handballeurs montpelliérains grimpent, eux, sur la 3e marche après leur incroyable sacre européen début juin. Un podium de très, très haut niveau !

Les résultats

1er : Kevin Mayer(Athlétisme/Montpellier), recordman du monde du décathlon, 1 085 votes sur les 5633 enregistrés.
2e : Martin Fourcade (Biathlon/Céret), triple médaillé d’or olympique, 811 votes.
3e : Montpellier Handball, vainqueur de la Ligue des Champions, 788 votes.

4e : Perrine Laffont (Ski de bosses/Monts-d’Olmes en Ariège), championne olympique, 723 votes.
5e : Hugo Gaston (Tennis/Blagnac), médaille d’or des JO de la jeunesse, 442 votes.
6e : Gaëlle Hermet (Rugby/Stade toulousain), capitaine du XV de France auteur du Grand Chelem, 376 votes.

7e : Nîmes Olympique (Football), montée en Ligue 1, 361 votes.
8e : Max-Alain Gradel (Football/Toulouse FC), meilleur buteur du Téfécé, 324 votes.
9e : Castres Olympique (Rugby), champion de France, 316 votes.
10e : Arsen Goulamirian (Boxe/Toulouse), tenant du titre WBA des lourds-légers, 178 votes.
11e : Les Béziers Angels (Volley-ball), championnes de France, 131 votes.
12e : Montpellier Rugby Club, les féminines du MRC championnes de France, 98 votes.

Mais aussi…

A noter que le coup de coeur a été remis aux Dragons catalans (Rugby à XIII), première équipe française vainqueur de la Challenge Cup à Wembley face aux Warrington Wolves. Trophée remis par Jean Castex, délégué interministériel aux JO-2024.

Ont également été honorés :
– Sportive de l’année : Perrine Laffont, championne olympique de ski de bosses. Trophée remis par Didier Lacroix, président du Stade toulousain.
– Club masculin de l’année : le Montpellier Handball, vainqueur de la Ligue des Champions. Trophée remis par Sébastien Grosjean, directeur de l’Open Sud de France et capitaine de France de Coupe Davis.
– Club féminin de l’année : les Béziers Angels, championnes de France de volley-ball. Trophée remis par Séverine Beltrame, ex joueuse pro de tennis et ancienne lauréate du trophée des sports.
– Entraîneur de l’année : Christophe Urios, manager du Castres Olympique, champion de France de rugby. Trophée remis par Laurent Nicollin, président du Montpellier HSC.
– Espoir de l’année : Hugo Gaston, N.2 mondial junior de tennis de table, médaillé d’or aux JO de la Jeunesse. Trophée remis par Denis Masseglia, président du CNOSF.
– Bénévole de l’année : Anne-Marie Agnel, cheville ouvrière de l’Usap depuis de nombreuses années, elle a accompagné la réussite des U20 français sacrés champions du monde. Trophée remis par Kamel Chibli, vice-président en charge de l’Education, de la Jeunesse et du Sport à la Région Occitanie.
– Sport et handicap : Alexandre Delarque, vice-champion du monde de tennis de table par équipe. Trophée remis par Kamel Chibli et Claude Onesta, responsable du projet performance 2024.

Présentation Salon de l’Automobile de Perpignan 2019

L’Indépendant fait son salon de l’automobile en avril prochain

Les fans d’automobiles ont un nouveau rendez-vous à noter dans leurs agendas.

Du 5 au 8 avril prochain, L’Indep roule des mécaniques.

C’est en présence de bon nombre de concessionnaires automobiles qu’Alain Baute, directeur de L’Indépendant, a présenté ce jeudi matin dans les locaux de la rédaction, la troisième édition du salon de l’automobile et des mobilités de L’Indépendant organisé par Midi events. Un événement toujours très apprécié du grand public puisqu’il engendre traditionnellement de bonnes ventes.

Cette année, près de 600 voitures neuves et d’occasions sont attendues au parc des expositions. Plus de quarante marques seront représentées dans ce rendez-vous qui propose autant de prix accessibles avec les automobiles de seconde main que de nouveautés avec, par exemple, les véhicules électriques.

Ce salon qui s’appropriera les deux espaces intérieurs et extérieurs du parc, proposera également un centre d’essai réservé aux voitures neuves.

Lab Santé : première rencontre

LabSanté : première rencontre entre professionnels de la santé en région

Midi Libre a lancé ce mercredi 16 janvier le premier petit-déjeuner du LabSanté, au siège du quotidien. Un club de partenaires pour imaginer la santé de demain en présence du président de l’Agence régionale de la Santé Pierre Ricordeau et du Professeur Laurent Schmitt, président de la conférence de la santé et de l’autonomie.

Le directeur de la rédaction du quotidien, Olivier Biscaye, a animé, pour l’occasion, l’échange entre une cinquantaine de professionnels du monde médical de la région avec le président de la conférence de la santé et de l’autonomie, Laurent Schmitt et Pierre Ricordeau, le directeur général de l’agence régionale de la santé Occitanie. Le thème : les priorités du projet régional de santé en 2022.

Cinq chantiers : prévention, responsabilisation, organisation, coordination, qualité des soins.

C’est quoi le LabSanté ?

Notre territoire regorge de spécialistes, foisonne de start-up, fourmillent de grands noms. L’idée est là : comment votre journal peut être le lien entre le domaine de la santé et, vous, habitant de la région.

La santé est l’affaire de tous. Midi Libre devient opérateur en matière de forums, de petits-déjeuners. Mercredi, nous avons parlé de l’organisation de la santé. Nous serons plus grand public ensuite : le 20 février, “Les maux de tête en question” ; le 20 mars, “Cannabis, fumer sans risque ?”

Des “orientations stratégiques sur dix ans”, déclinées en cinq grands “engagements” pour les cinq prochaines années : Pierre Ricordeau, directeur de l’Agence régionale de santé (ARS), le bras armé de l’État en Occitanie, et Laurent Schmitt, président de la Conférence régionale de la santé et de l’autonomie, ont donné le cap du projet régional de santé à l’horizon 2022, ce mercredi 16 janvier à Midi Libre, face à des professionnels invités du LabSanté.

1. Développer prévention et dépistage

“La prévention, le repérage, l’accompagnement précoce” se pensent “du plus jeune âge”, “pour permettre aux mamans et aux nouveau-nés d’avoir les meilleures conditions de naissance”, aux âges extrêmes de la vie, résument Pierre Ricordeau et Laurent Schmitt.

Sur la dépendance et le vieillissement, “dans une région où l’expertise est forte avec le Gérontopôle de Toulouse et de nombreux acteurs mobilisés à Montpellier”, un appel à projets va, par exemple, être lancé “pour faire travailler les professionnels ensemble”.

2. Faire du patient un acteur de sa santé

“Faire du patient un acteur de sa santé” passe aussi par des projets concrets : “Sur l’éducation à la santé et l’éducation thérapeutique, depuis plus d’une décennie, nous considérons que la personne dont nous nous occupons n’est plus un patient mais un partenaire”, rappelle Laurent Schmitt, fort d’expériences menées et à venir en matière d’hygiène de vie, obésité, diabète, addictions, insuffisance respiratoire… L’objectif est encore de les aider à “améliorer leurs connaissances”.

En matière de santé environnementale : “On a mené des actions de sensibilisation au radon, un gaz radioactif potentiellement cancérogène présent dans les sols de certains territoires de la région, on a aussi adapté des logements… Après une période d’expérimentation, tous les territoires concernés bénéficieront du travail mené”, annonce le professeur Schmitt.

3 200 € par jour et par habitant

Le poids de la santé en Occitanie est de 19 Md€ par an. Par jour, c’est 50 M€. Les dépenses de santé se chiffrent à 3 200 € par jour et par habitant (6 millions de personnes).

La population, vieillissante (une personne sur cinq a plus de 65 ans), augmente : la région gagne chaque année l’équivalent d’une ville comme Narbonne.

Une personne sur six vit sous le seuil de pauvreté. L’incidence des maladies et la prévalence des cancers varient en fonction du niveau social et des territoires, disparates. (Source ARS)

3. Rendre les services accessibles à tous

Si l’Occitanie bénéficie d’une offre de soins importante, elle est également repérée pour des taux d’équipement inégaux selon les territoires.

“Améliorer les services de santé pour les rendre accessibles à tous, sur tous les territoires, est un sujet de préoccupation pour tous nos concitoyens”, rappelle Pierre Ricordeau, qui fait pudiquement état de “zones où on ressent la baisse de démographie médicale”.

Il y aura donc “plusieurs années difficiles” avant qu’on ressente l’impact des évolutions du numerus clausus, qui fixe le nombre d’étudiants formés en médecine. “Il faut utiliser tous les leviers” : poursuite de la création de maisons de santé pluridisciplinaires et des aides accordées dans des zones dites prioritaires, formation des internes en médecine dans les territoires sous tension, exercices partagés dans le cadre national fixé par les communautés professionnelles de territoires…

4. Renforcer la coordination

Des expérimentations vont notamment être menées en psychiatrie (adulte et pédopsychiatrie) pour éviter des “délais longs et des réponses souvent parcellaires” aux demandes de prise en charge. Objectif : intervenir dans la semaine qui suit la demande.

5. Améliorer la qualité et la pertinence des soins

C’est un domaine qui suscite une certaine effervescence : “Plus de 100 projets ont été déposés”, indiquent Pierre Ricordeau et Laurent Schmitt. Un exemple : l’un d’eux ambitionne de simplifier les ordonnances parfois pléthoriques des personnes âgées.

Les interrogations du territoire

Des médecins, des dirigeants de clinique et de centre hospitalier, des praticiens : mercredi, le premier petit-déjeuner a donné lieu à un foisonnement de questions en direction des deux invités du jour.

Au final, un médecin nous dira au bout de 90 minutes de débats que l’essentiel avait été dit, notamment autour de la prévention.”La prévention, on l’entend partout, et c’est majeur”, nous confiera notamment le docteur Ruth Nevesny, de la clinique du Millénaire à Montpellier.

Il en fut bien sûr question sur le sujet de l’obésité.Laurent Schmitt dira notamment que la pose d’un diagnostic “va du simple au double en fonction du caractère social”. Le patron d’Oc Santé, après une brillante intervention, demandera que les demandes des cliniques privées soient mieux prises en compte.

Pour Pierre Ricordeau, “le niveau de qualité du privé ne serait pas à ce niveau d’excellence si ces questions n’avaient pas été prises en considération. Et ce partenariat est fort et vous avez une agilité que certains établissements publics vous envient”, dira-t-il en forme d’hommage.

Pour Thomas Hottier, médecin biologiste dirigeant de Labosud, il est capital de nouer des partenariats avec sa profession dans le cadre d’un schéma directeur.Laurent Schmitt y adhère bien volontiers. “Un biologiste est un partenaire de soins qui est intimement lié au patient.”

Autre sujet et non des moindres : celui des hôpitaux de proximité. Une préoccupation pour Laurent Ramon, directeur général de Cap Santé.Pour le patron de l’ARS, il faut penser “un dispositif gradué.

Le CHU de Montpellier exerçant des actes des plus complexes et, en allant vers les hôpitaux de proximité, il faut graduer l’importance des pratiques.En sachant qu’un hôpital de proximité n’aura pas de chirurgie.”

Voeux Midi Libre 2019

Midi Libre présente ses vœux : “En 2019, l’innovation au service des lecteurs”

Claire Charbonnel, directrice générale déléguée, aux côtés du rédacteur en chef Olivier Biscaye (à dr.), Olivier Plays directeur général adjoint et le nouveau directeur de L’Agence Simon Perrot.

La direction de Midi Libre a présenté ses vœux ce mardi 15 janvier au siège du journal. Des voeux matinaux sous la forme d’un petit-déjeuner auquel ont participé plus de 150 personnes. Claire Charbonnel, la directrice générale déléguée, a prononcé un bref discours dans lequel elle a souligné l’ambition de Midi Libre pour 2019.

“Notre mission, c’est informer sur les évolutions en cours de notre territoire, rapporter les débats des collectivités, mettre en lumière les exploits du quotidien mais aussi les dérives.”

Elle a insisté sur le besoin “d’être un acteur de la cité et du territoire.” Claire Charbonnel a également cité les nombreux projets éditoriaux conduits sur le site internet et le journal papier : tribunes et débats, dossiers, grands entretiens, minute startup, café des sports…

“En 2019, les projets pour Midi Libre ne manquent pas. Midi Libre sera plus que jamais à côté des acteurs de terrain”. 

“Midi Libre” lance son LabSanté en présence de la ministre Agnès Buzyn

“Midi Libre” lance son LabSanté en présence de la ministre Agnès Buzyn

“Midi Libre” a lancé ce vendredi 11 janvier le LabSanté, au siège du quotidien. Un club de partenaires pour imaginer la santé de demain. Le rédacteur en chef du journal, Olivier Biscaye, a reçu, pour l’occasion, Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé.

La ministre des solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a participé au lancement de la première rencontre du LabSanté. Agnès Buzyn a été accueillie par la directrice générale déléguée de Midi Libre Claire Charbonnel. Plus de 80 personnalités issues du monde de la santé ont pu lui poser des questions directement.

Chirurgien, médecin, infirmier, kinésithérapeute, représentants d’associations de malades l’ont interrogée tour à tour sur des problématiques concrètes. Prescription directe des kinés, pertinence des soins, dépistage, obésité, plan cancer, fond pour la recherche et l’innovation : la ministre a pris le temps de répondre à chacun sans détour.
Petit-déjeuner avec le directeur de l’ARS

Le prochain rendez-vous du LabSanté est fixé au mercredi 16 janvier en présence du président de l’Agence régionale de Santé Pierre Ricordeau.

Menu