#2 Forum LabSanté

#2 Forum LabSanté

Les précautions à prendre face aux nombreux dangers du soleil

Le débat a réuni mercredi professionnels de santé et l’UFC Que choisir.

« Les UV sont des agents responsables de mutations cancéreuses. » D’entrée, Julie Lacotte, dermatologue au CHU de Nîmes, a posé le débat sans filtre au Forum du LabSanté de Midi Libre, “Un, deux, trois, soleil”, organisé ce mercredi aux thermes de Balaruc-les-Bains (Hérault).

Avec sa consœur Régine Bousquet-Rouaud, Laurent Philibert, docteur en pharmacie à l’ICM Val d’Aurelle et Claude Gaubert, représentant des consommateurs de l’UFC Que Choisir, elle a fait le point sur les précautions à prendre avec le soleil.

Six cuillères à café

« Les UV, de quoi on parle ? Des UVA et des UVB », précise Régine Bousquet-Rouaud. C’est d’eux qu’il s’agit de se protéger quand on s’expose au soleil. Surtout les UVA, « qui cassent les bases d’ADN, c’est obligatoire quand on bronze ». Sachant qu’il est « impossible de bronzer en toute sécurité ».

Mais les UVB, qui assurent le bronzage en quelques jours, ne sont pas inoffensifs. Pour se protéger, « il faut éviter l’exposition entre midi et 16 h, tout le monde le sait mais personne ne le fait », insiste Julie Lacotte.

Mettre de la crème : « Vingt grammes par jour, 6 cuillères à café par jour, au risque de diviser la protection par trois ou quatre », précise le docteur Lacotte. D’ailleurs, « les produits solaires ne sont qu’une petite partie de la photo-protection », précise Laurent Philibert, qui parle aussi de l’ombre, des vêtements…

Si on ne devait retenir que quelques conseils essentiels des professionnels avant les premières expositions de l’été : « On ne met pas les enfants au soleil jusqu’à l’âge de 2 ans » Au-delà, il faut privilégier des crèmes avec une protection 50.

Haro sur les cabines de bronzage

Il ne faut pas non plus croire qu’on est protégé quand on est bronzé : « C’est comme si on avait un indice de protection de 3 à 5, et ça fait le lit du vieillissement de la peau. »

Enfin, haro sur les cabines de bronzage. Pour informer le grand public, Que Choisir propose une application à télécharger sur smartphone, QuelCosmetic, avec 150 000 produits analysés. Selon l’association, 3 221 produits solaires contiennent des substances indésirables, allergènes, perturbateurs endocriniens… « 636 nous paraissent corrects », dit Claude Gaubert. Mais on ne parle pas là de leur capacité à protéger du soleil.

Régine Bousquet-Rouaud rappelle que les crèmes solaires “pèsent” 14 000 tonnes de déchets relarguées dans l’environnement. Contre 260 000 tonnes de plastiques, et 4 millions de tonnes de pesticides.

Menu